Fédération québécoise des massothérapeutes agréés

L’Association provinciale des masseurs et des massothérapeutes, aujourd’hui Fédération québécoise des massothérapeutes (FQM), est née en 1979 du désir qu’avaient une trentaine de massothérapeutes de démystifier le massage et de faire avancer la discipline. Il faut dire qu’à l’époque, on associe le massage à la prostitution et aux salons de massages érotiques et non à un soin de bien-être ou de santé.

Dès les premières années de son existence, la FQM doit donc relever de nombreux défis afin de prouver aux instances gouvernementales et aux ordres professionnels qu’elle est capable d’encadrer ses membres avec un code de déontologie qui distingue catégoriquement la massothérapie du massage érotique.

Profiter de l’essor de la massothérapie

Les années 1980 marquent l’essor de la massothérapie au Québec. La profession s’approfondit et évolue au gré des courants mondiaux, comme le prouvent l’ouverture de nombreuses écoles de massothérapie dans la province et l’enseignement de nouvelles techniques comme la polarité, le TragerMD et le shiatsu. 

Dans la foulée de cette évolution, la FQM impose sa crédibilité en établissant, en 1985, un programme de formation de 1 000 heures conduisant au titre de massothérapeute. Deux ans plus tard, elle entame ses premières démarches auprès de l’Office des professions du Québec afin de constituer un ordre professionnel.

Promouvoir la qualité et la sécurité des soins de massothérapie

Au début des années 1990, la FQM s’investit dans la promotion directe de la massothérapie, telle que pratiquée par un membre FQM, en faisant valoir au grand public les garanties de qualité et de sécurité que fournissent ses membres.

Poursuivant ses efforts de promotion, la FQM innove en 1996 avec la Semaine de la massothérapie FQM, qui réunit ses membres dans une campagne annuelle de promotion. Cette initiative permet à la FQM de consolider sa notoriété auprès du grand public.

Miser sur les compétences de ses membres

Le passage aux années 2000 marque, pour la FQM, une évolution dans la formation offerte à ses membres. Suivant le courant nord-américain, la Fédération propose donc en 2005 un nouveau profil de formation par compétences à ses écoles.

L’arrivée d’une nouvelle directrice générale en juin 2006 est l’occasion de relancer de nombreux dossiers. C’est ainsi qu’après avoir consulté ses membres, la FQM passe à l’action et remplace l’examen d’entrée par une formule de coaching et de validation des compétences.

Afin de miser sur le professionnalisme, la qualité et la rigueur de ses membres, la FQM innove de nouveau en 2008, en leur octroyant le titre de massothérapeute agréé. La même année, elle met en place un important réseau de qualité aboutissant notamment à l’accréditation de 17 écoles de massothérapie dans la province.

Forte des compétences de ses massothérapeutes agréés et convaincue des bienfaits de la massothérapie, la FQM crée en 2010 la Fondation de la massothérapie, dont la mission est de contribuer à la santé et à la qualité de vie des personnes atteintes de cancer et de douleur chronique en leur offrant gratuitement des soins de massothérapie.  

Vers un ordre professionnel des massothérapeutes

Depuis sa création, la FQM se constitue en tant qu’ordre professionnel, comme le démontre la mise en place de nombreux processus en vue de la réglementation de la profession. Parmi ces processus, notons la création du bureau du syndic et l’implantation des services d’inspection professionnelle et d’accréditation des écoles. La FQM, entreprise certifiée ISO 9001:2008 pour la gestion de la qualité de ses services, mise également sur l’expertise de ses membres avec le développement d’un programme complet de formation totalisant 1 800 heures et comprenant trois profils de compétences.

La vision de la FQM est celle de la professionnalisation et de la reconnaissance de la massothérapie. Travaillant en ce sens, elle soumet en 2012 à l’Office des professions du Québec (OPQ) un important mémoire démontrant le besoin de créer un ordre professionnel des massothérapeutes afin d’encadrer la pratique et de protéger le public.

Conscient des risques que représente la massothérapie lorsqu’elle est pratiquée par des massothérapeutes non adéquatement formés, la FQM renchérit en 2016 en déposant à l’OPQ un second mémoire portant cette fois sur les risques de préjudices graves. Plus récemment en 2017, elle fait la preuve que l’intégration de la massothérapie au continuum de soins de santé au Québec générerait une économie de coûts substantielle pour la santé publique. 

Les prochaines étapes seront donc déterminantes pour l’avenir de la massothérapie. Avec ses quelque 5 500 membres et son réseau de 17 écoles accréditées, la FQM continuera cependant d’imposer son professionnalisme et sa crédibilité au profit de ses membres et du public.