Par des pressions faites surtout avec les pouces, mais aussi avec les coudes et les pieds, le thérapeute en shiatsu s’attarde sur les méridiens et les points d’énergie (acupuncture) situés sous la peau ou dans les muscles. La qualité de la pression varie selon l’état énergétique de chaque personne. Le shiatsu se pratique dans un contexte de développement global de la personne (physique, psychique et mental), et se pratique par-dessus les vêtements ou directement sur la peau.

Sauter vers la rubrique :

 

Histoire

Le shiatsu s’inscrit dans un courant ayant pour origine les thérapies manuelles pratiquées depuis plusieurs millénaires en Chine.

Importées au Japon vers le VIIe siècle, elles se transformèrent en une approche simplifiée et raffinée, le AN-MA, puis évoluèrent, au milieu du XIXe siècle, dans un contexte plus médical, en privilégiant la « pression ». Cette pratique prit alors le nom de SHI-ATSU (pression des doigts). C’est vers 1955 que le SHIATSU fut reconnu officiellement par le ministère japonais de la Santé comme une médecine à part entière.

Le shiatsu emprunte à la philosophie chinoise le partage de l’énergie vitale en deux courants distincts mais complémentaires : le Yin (négatif) et le Yang (positif). Les excès de l’un ou l’autre vont créer un déséquilibre que le monde occidental appelle la maladie.

Il intègre « la théorie des cinq éléments ». Nous retrouvons dans la nature les éléments suivants : Bois, Feu, Terre, Métal, Eau. Ces éléments correspondent à des mouvements globaux observables autant dans la nature elle-même qu’à l’intérieur de l’écosystème qu’est l’organisme humain. Ceux-ci correspondent à des organes précis du corps humain (ex.: le feu – le cœur), à des émotions (ex.: l’Eau – la peur), à notre environnement (ex.: le Bois – le printemps).

Ces principes de la philosophie chinoise vont nous amener maintenant à mieux comprendre l’application du shiatsu.

 

Applications et effets

Notre corps est un réseau de communication où les canaux d’énergie, les méridiens, relient les organes les uns aux autres. Il existe 12 méridiens principaux. Chacun tire son nom de l’organe ou de la fonction qu’il relie au courant de l’énergie vitale. Il y a des méridiens Yin ascendants et des méridiens Yang descendants.

En shiatsu, la façon de faire circuler l’énergie dans les méridiens est d’exercer une pression appropriée plus ou moins forte sur le parcours des méridiens, incluant les tsubos. Les tsubos sont des points situés sur le corps, la plupart le long des méridiens, mais parfois aussi à l’extérieur de ceux-ci, ce sont des points de douleur spontanée qu’on appelle les points ASHI. Sous la peau, ils correspondent à des emplacements spécifiques et atteignent différents niveaux de profondeur dans le corps et dans le système musculaire. Ils se situent où les terminaisons nerveuses présentent une sensibilité particulière à la douleur lors d’un blocage dans le courant d’énergie vitale.

Le thérapeute en Shiatsu vérifie les déséquilibres énergétiques de son client en utilisant au moins une des méthodes de lecture d’énergie suivantes :

  • zones du hara
  • zones réflexes du dos
  • points « Bo »
  • point « Yu »
  • le diagnostic oriental

Dans la vision orientale, le « malaise » a pour cause un déséquilibre énergétique : l’énergie circule mal dans les méridiens et les organes connexes.

Le thérapeute en Shiatsu harmonise les énergies à travers les méridiens en tonifiant ou dispersant l’énergie et en utilisant les tsubos. Il choisit les zones et segments de méridiens sur lesquelles il veut travailler. La pression peut être douce et agréable mais aussi dure et puissante. Un bon thérapeute en Shiatsu vérifie avec son client que les pressions sont tolérables et bénéfiques à la fois.

 

Indications et contre-indications

Le shiatsu tend à être préventif et vise également à maintenir une santé optimale.

Voici quelques exemples :

  • Le shiatsu peut réduire ou soulager les maux quotidiens comme le stress, l’anxiété, la fatigue, les maux de tête, de dos, l’insomnie, etc.
  • Il améliore la respiration et permet la dissolution des tensions musculaires
  • Il détend et relaxe la personne qui le reçoit
  • Il accroit la résistance corporelle aux agressions
  • Il stimule le corps à retrouver ses processus d’auto-guérison en résistant mieux aux infections et aux maladies
  • Le sommeil est plus réparateur après une séance de shiatsu
  • Il revitalise les personnes âgées
  • Il est aussi recommandé dans le cas de constipation, de maux de tête ou d’affection du nerf sciatique
  • Il est également très bénéfique pour tout ce qui touche les problèmes menstruels et maux connexes

Les effets bénéfiques du shiatsu sont ressentis comme réconfortants et calmants dans la souffrance ou la détresse, en plus les bienfaits thérapeutiques du shiatsu s’accumulent par une utilisation régulière.

Le shiatsu est accessible à tous.

Lors du bilan de santé, l’intervenant vérifie les contre-indications reliées à la santé du client. Par exemple, il est important de dire à votre intervenant si vous avez subi une opération majeure récente, si vous avez des problèmes d’ostéoporose, si vous avez une infection cutanée contagieuse ou si vous faites de la fièvre.

 

Déroulement d’une séance

Traditionnellement, le shiatsu s’exécute au sol sur un futon. Quelquefois, il se pratique sur une table basse. Le receveur est vêtu, le praticien n’utilise pas d’huile. Il exécute des pressions sur le corps incluant des manœuvres afin de mobiliser les articulations du corps.

Le praticien ou thérapeute en shiatsu vérifie lors de l’entrevue le besoin de son client; il explique comment le shiatsu peut l’aider, comment se déroulera la session de shiatsu. Il procède à un bilan de santé. Il s’informe s’il y a des contre-indications au massage.

Ainsi, si le thérapeute, après la lecture d’énergie, a identifié un déséquilibre d’énergie au niveau du Ki du foie, il effectuera un travail plus particulier sur celui-ci. Pour ce faire, il fera des pressions appropriées à l’état énergétique du méridien relié au foie. Ne vous surprenez pas s’il travaille alors sur la jambe car c’est là que passe le méridien !

Il effectue ensuite des manœuvres spécifiques pour diriger l’énergie. Les pressions se font perpendiculairement au corps et dans la phase expiratoire de la respiration, alors que le corps se détend. En plus des pressions, il utilise des étirements, des mobilisations articulaires et d’autres manœuvres qu’on retrouve parfois dans d’autres types de massage. Le thérapeute propose un plan d’intervention et suggère certains exercices afin d’harmoniser l’état énergétique du client.

 

Pour en apprendre davantage sur le shiatsu :

Le Shiatsu

Shiatsu et anxiété

Massothérapie et lombalgies