Nous avons tous déjà souffert d’un mal de tête plus ou moins intense. Le plus souvent, il s’agit de ce que l’on appelle une céphalée de tension, condition pour laquelle la massothérapie a démontré son efficacité.

La céphalée de tension est la forme de maux de tête la plus souvent observée dans la population. L’Organisation mondiale de la santé estime en effet qu’un homme sur trois et une femme sur deux en serait affecté dans les pays industrialisés.

Ceux et celles qui souffrent d’une céphalée de tension décrivent leur douleur comme une pression prenant la forme d’un bandeau placé autour de la tête. La douleur est souvent plus intense au niveau des tempes et du cuir chevelu, irradiant parfois dans le cou et les épaules.

Note : on confond souvent à tort la céphalée de tension et la migraine. Cette dernière, contrairement à la céphalée de tension, se caractérise par une douleur lancinante ou pulsatile d’un seul côté de la tête qui peut être aggravée par l’effort physique, la lumière et le bruit.

Des causes encore inconnues, mais de nombreux déclencheurs

On ne connaît pas encore avec certitude ce qui provoque les céphalées de tension. On les associe à une contracture musculaire qui apparaîtrait en réponse à un déclencheur, par exemple :

  • Un stress physique ou émotionnel;
  • La fatigue;
  • Le maintien d’une mauvaise posture, notamment lorsqu’on travaille à l’ordinateur;
  • La consommation d’alcool ou de boissons contenant de la caféine;
  • L’arrêt de la consommation de caféine;
  • Une infection virale comme le rhume ou la grippe;
  • Le bruit;
  • Etc.

Tous ces déclencheurs ont un point en commun : ils ont le potentiel de provoquer une tension musculaire au niveau du visage, du cou ou des épaules, ce qui peut éventuellement déclencher un mal de tête.

Le massage dans le soulagement de la céphalée de tension

Il existe plusieurs options de traitement pour soulager la douleur associée aux céphalées de tension. Outre les médicaments, la massothérapie tire son épingle du jeu pour apaiser les maux de tête associés aux tensions musculaires. L’approche aurait notamment le potentiel de :

  • Diminuer la douleur et la tension associées aux céphalées[i];
  • Réduire la fréquence, la durée et l’intensité des crises[ii][iii];
  • Limiter la prise de médicaments pour soulager les symptômes des céphalées[iv].

 Ce que dit la recherche

Toutes les techniques et approches en massothérapie peuvent être utilisées dans le soulagement des céphalées de tension. Certaines ont cependant fait l’objet d’études dont les résultats sont des plus intéressants :

  • Lors d’une étude publiée en 2014, 72 personnes souffrant de maux de tête ont reçu soit des séances de massage Thaï traditionnel, soit des séances d’ultrasons simulés[v]. Après trois semaines de traitement, les chercheurs ont observé une amélioration marquée du seuil de tolérance à la douleur des participants ayant été massés.
  • En 2016, une petite étude randomisée comptant 56 participants a montré que le relâchement de points gachette (trigger points) à la base du crâne, au cou et aux épaules, permettait de réduire de manière significative la fréquence des céphalées de tension[vi].

Quelques outils complémentaires au massage si vous souffrez de céphalées de tension

Une modification des habitudes de vie peut aider à diminuer la fréquence, l’intensité et la durée des céphalées de tension chez ceux qui en souffrent. Voici quelques pistes de solution à envisager si c’est votre cas :

  • Adoptez une bonne posture. Une position adéquate peut éviter l’apparition de tensions musculaires dans les épaules et le cou et, par le fait même, le déclenchement des céphalées de tension. Par exemple, lorsque vous êtes assis devant votre ordinateur, assurez-vous que vos cuisses sont parallèles au sol et que votre tête n’est pas inclinée vers l’avant.
  • Apprenez à gérer votre stress. Que ce soit par la relaxation, la méditation ou des exercices de respiration, la détente peut aider à diminuer les tensions musculaires favorisant l’apparition de maux de tête.
  • Tenez un journal de la survenue de vos céphalées. Notez-y le moment, la durée et l’intensité de vos maux de tête, l’état dans lequel vous vous trouviez avant le début de la crise, ce que vous avez fait pour soulager les symptômes, etc. Ce faisant, vous pourrez éventuellement identifier plus facilement les déclencheurs de vos céphalées et les éviter.

Pour aller plus loin 

[i] Toro-Velasco, C. et coll. (2009). Short-term effects of manual therapy on heart rate variability, mood state, and pressure pain sensitivity in patients with chronic tension-type headache: a pilot study. Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, 32(7):527-35.
[ii] Von Stülpnagel, C. et coll. (2009). Myofascial trigger points in children with tension-type headache: a new diagnostic and therapeutic option. Journal of Child Neurology, 24(4):406-9.
[iii] Moraska, A. et Chandler, C. (2008). Changes in clinical parameters in patients with tension-type headache following massage therapy: A pilot study. Journal of manual and manipulative therapy, 16(2):106-12.
[iv] Foster, K. A. et coll. (2004). The Trager approach in the treatment of chronic headache: a pilot study. Alternative Therapies in Health and Medicine, 10(5):40-6.
[v] Chatchawan, U et coll. (2014). Effects of Thai traditional massage on pressure pain threshold and headache intensity in patients with chronic tension-type and migraine headaches. Journal of Alternative and Complementary Medicine, 20(6):486-92.
[vi] Moraska, A. F. et coll. (2016). Myofascial trigger point release massage therapy relieves tension-type headaches. Journal of the American Osteopathic Association. 116(1):55-56.