La scoliose, la lordose et la cyphose sont des pathologies qui impliquent une déviation de la colonne vertébrale. Elles s’observent par une déformation plus ou moins importante du dos et s’accompagnent souvent de douleur. Le massage peut-il aider ceux et celles qui en souffrent?

La colonne vertébrale est composée de 24 vertèbres empilées les unes sur les autres, au centre desquelles traverse la moelle épinière. Son rôle est de protéger une partie de notre système nerveux, mais aussi de soutenir notre squelette.

Même si elle est normalement droite lorsqu’on la regarde de face, la colonne vertébrale montre naturellement certaines courbures d’avant en arrière qui assure au dos sa flexibilité. Il arrive cependant que ces courbures soient trop prononcées et deviennent pathologiques. On parle alors de scoliose, de lordose ou de cyphose.

La scoliose

Il s’agit d’une déviation latérale en forme de « S » de la colonne vertébrale qui est causée par une torsion des vertèbres. La scoliose survient généralement pendant l’enfance et s’observe surtout chez les filles. Elle se présente par une déformation plus ou moins prononcée du dos et de la douleur.

La lordose

On l’observe par la formation d’un creux prononcé de la colonne vertébrale, soit dans le bas du dos, soit au niveau du cou. La lordose peut avoir plusieurs causes : malformation, mauvaise posture, obésité, grossesse… Dans tous les cas, ses symptômes comprennent une douleur au dos, une déformation physique et un engourdissement des membres. À long terme, une lordose non traitée peut entraîner le développement d’une scoliose.

La cyphose

Contrairement à la lordose, la cyphose se caractérise par une déviation de la colonne vertébrale vers l’extérieur, que l’on peut observer par une bosse dans le haut du dos. Elle peut être causée par une mauvaise posture, mais aussi par la dégénérescence des disques intervertébraux. Dans certains cas, elle est la conséquence d’une forme d’arthrite, la spondylarthrite ankylosante. La douleur au dos constitue le symptôme le plus fréquent.

Il est à noter que dans les cas plus sévères de déviation de la colonne vertébrale (scoliose, lordose ou cyphose), une courbure prononcée peut non seulement provoquer de la douleur, mais aussi compromettre l’intégrité de la cage thoracique et ainsi entraîner des difficultés respiratoires, en plus d’affecter l’estime de soi.

La massothérapie en présence d’une déviation de la colonne vertébrale

En présence d’une déviation de la colonne vertébrale, les muscles du dos, du cou et de la cage thoracique ne sont pas tous stimulés de la même manière. En effet, en raison de la courbure exagérée des vertèbres, certains muscles sont sous-utilisés, alors que d’autres sont stimulés de manière à compenser la déviation.

On reconnaît aujourd’hui l’efficacité des thérapies manuelles dans les cas de déviation de la colonne vertébrale[1]. Et leurs bienfaits s’observent à différents niveaux : diminution de la douleur, meilleure circulation, correction de l’alignement de la colonne, mouvement des articulations facilité, étirement musculaire, relâchement des adhésions, etc.

Dans ce contexte, la massothérapie se veut une approche manuelle des plus intéressantes pour ceux et celles qui présentent une scoliose, une lordose ou une cyphose*. En outre, le massage peut avoir un impact positif sur la fonction respiratoire et sur l’image de soi, deux aspects à considérer en présence d’une déviation de la colonne vertébrale.

* La massothérapie se veut une approche complémentaire qui, lorsqu’elle est adaptée à l’état de santé d’une personne et pratiquée par un massothérapeute bien formé et compétent, peut contribuer à la prise en charge de plusieurs maladies, dont la scoliose, la lordose et la cyphose. La massothérapie ne remplace pas un traitement médical, mais s’inscrit dans une vision d’interdisciplinarité et devrait être prodiguée en complémentarité d’autres disciplines en santé (médecine, soins infirmiers, physiothérapie, chiropractie, etc.).

Ce que dit la recherche

On utilise le massage depuis longtemps dans les cas de déviation de la colonne vertébrale. Déjà en 1887, le docteur Douglas Graham publiait un article dans lequel il démontrait qu’un massage adapté prodigué quotidiennement entraînait une amélioration marquée de la déviation de la colonne vertébrale chez les enfants présentant une scoliose[2]. Depuis, plusieurs recherches ont été publiées sur le sujet. En voici quelques exemples :

  • En 2007, des chercheurs américains ont démontré que le relâchement myofascial permettait de diminuer la douleur et d’améliorer la rotation du tronc, la posture, la fonction pulmonaire et la qualité de vie chez les adultes présentant une scoliose[3].
  • Quelques années plus tard en Iran, des chercheurs ont comparé l’efficacité des thérapies manuelles (incluant le massage) à la pratique régulière d’exercices physiques dans les cas d’hypercyphose[4]. Ils ont démontré que les deux approches étaient comparables sur le plan de l’efficacité pour réduire la déviation de la cyphose et renforcer les muscles extenseurs du dos.

Quelques conseils pour un dos en santé

  • Surveillez votre posture. Que ce soit au travail ou à la maison, assurez-vous d’adopter une posture adéquate afin de ne pas surcharger les muscles de votre dos. Pour vous aider à adapter votre poste de travail, pensez à consulter un ergothérapeute.
  • Restez actif. En pratiquant des activités physiques, vous aiderez votre dos, votre cou et vos abdominaux à rester forts. Privilégiez les sports qui favorisent l’extension de la colonne vertébrale et qui renforcent les muscles lombaires et abdominaux. La natation en est un bon exemple. Au besoin, consultez un kinésiologue.

Pour aller plus loin 

[1] Briggs A. M. et coll. (2007). Thoracic kyphosis affects spinal loads and trunk muscle force. Physical Therapy, 87:595-607.
[2] Graham, D. (1887). The treatment of scoliosis by massage. Annals of surgery, 6(6):485-492.
[3] LeBauer, A., Brtalik, R., Stowe, K. (2008). The effect of myofascial release (MFR) on an adult with idiopathic scoliosis. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 12:356-363.
[4] Kamali, F. et coll. (2016). Comparison of manual therapy and exercise therapy for postural hyperkyphosis: A randomized clinical trial. Physiotherapy Theory and Practice, 32(2):92-97.