Prendre en mains les derniers moments

Offrir l’ultime cadeau

« Le patient est alité, inconscient, avec une respiration haletante sous son masque. À côté de lui, sa femme et sa fille, silencieuses. La harpiste à son chevet joue la pièce Water Lily. Michaël s’agenouille auprès du patient et lui prodigue ses soins. Il sent les vibrations de la musique et demande à Annabelle de continuer sur les mêmes notes. La respiration s’espace de plus en plus, puis ne revient pas. Pleurs des femmes. Michaël se lève, fait un signe de tête et quitte la pièce tandis qu’Annabelle continue de jouer. Le monsieur est décédé sous les mains de Michaël au son de la harpe. » @Annabel Loyola 2014 – lors d’une séance d’observation pour le film Le Dernier Souffle, Au coeur de l’Hôtel-Dieu de Montréal

Tout a commencé en 2012, lorsque Michaël Plamondon est entré dans le milieu hospitalier (CHUM) pour effectuer un remplacement au Département de la neurologie et des greffés. Un an plus tard, il obtient un poste au sein du Département des soins palliatifs de l’Hôtel-Dieu du CHUM. Ces visites aux patients, par le toucher et la musique, avaient été mises en place quelques années auparavant par l’Association des auxiliaires-bénévoles de l’Hôtel-Dieu. Celle-ci récoltait des dons tout au long de l’année qui permettaient de financer des soins extra-médicaux tels que la massothérapie et la musique au chevet.

Au fil du temps, Michaël a pris conscience que les besoins des patients en matière de toucher varient beaucoup selon leur état de santé. Il a ainsi réalisé qu’il était difficile de combler les besoins des personnes en fin de vie avec les techniques de massage traditionnelles. Le besoin de détente à cette étape de la vie se manifeste en effet aux niveaux physique, émotionnel, psychologique et spirituel. Les personnes en fin de vie peuvent bénéficier de plusieurs types d’accompagnements (famille, psychologue, intervenant en soins spirituels, bénévoles, etc.) tout au long du processus, mais peu de ressources sont offertes en toute fin de vie. Lorsque la personne perd conscience, une impuissance s’installe chez les accompagnants; c’est à ce moment que le toucher prend une place unique et privilégiée. Au fil des ans et de ses expériences dans le milieu hospitalier (CHUM; hôpitaux Hôtel-Dieu, St-Luc et Notre-Dame), Michaël a mis au point une formule de massage adaptée aux patients en fin de vie.

Ce massage permet de dénouer toutes les attaches du corps, telles les amarres d’un bateau qui le retiennent à son quai, en passant par les zones d’ancrage que sont les articulations. Selon les anciens, il y a dans les articulations beaucoup plus d’espace que nous ne l’imaginons et l’âme de la personne peut se reconnecter avec ce lieu de paix. Ce massage ne vise donc pas à ramener la personne dans son corps, comme le fait un massage traditionnel, mais aide au contraire à s’en libérer. Ce type d’approche est par conséquent conseillé pendant les derniers jours, voire les dernières heures de la vie d’une personne.

« Normalement, on comble le silence par les mots, mais dans ce cas-ci, on est ensemble dans un espace-temps dédié à recevoir » commente le fils d’un patient visité par le massothérapeute et la harpiste à l’Hôtel-Dieu. Michaël Plamondon et Annabelle Renzo ont offert sur la recommandation du Dr Delisle, médecin responsable des Soins palliatifs de l’Hôtel-Dieu du CHUM, leurs services en duo au chevet à de nombreux patients sur une période de plus de 4 ans. Un documentaire tout récent, consacré à la fermeture de l’Hôtel-Dieu, Le Dernier Souffle, Au coeur de l’Hôtel-Dieu de Montréal, rend hommage aux bienfaits du duo formé par Annabelle et Michaël.

Commentaires de patients :

« C’est enveloppant et réconfortant »

« Je me sens comme dans un autre monde »

« Jamais ressenti ça »

« Je m’abandonne… »

Cette technique de massage est aussi bénéfique pour la personne en fin de vie que pour la famille qui l’accompagne. Installée comme un rituel, elle offre un environnement de quiétude pour tous. La famille, souvent impuissante à cette étape, peut participer activement au processus. Chaque personne présente appréhendera ainsi la mort de façon plus sereine. « C’est cent fois meilleur que des médicaments » partage un patient recevant le duo musique et massage. Grâce à l’accompagnement musical, les bienfaits de ce massage sont bonifiés et initient un réel abandon du patient. Dans cet état, la douleur est considérablement réduite et le massage musical fait office de morphine naturelle. Il permet de faire vivre à la personne une expérience de détachement tout en la guidant naturellement vers ce passage qu’est la mort. Les expériences de préparation physique à la mort sont rares; ce massage peut aussi être utile à toute personne désireuse de mieux comprendre ce processus.

Le dernier massage en fin de vie est un massage grandement inspiré de l’approche de la Polarité, une technique énergétique mise au point par le Docteur Stone dans les années 40. Fruit de 60 ans de recherches, la Polarité est la rencontre de trois grandes médecines orientales (chinoise, ayurvédique et égyptienne). Cette technique adaptée par Michaël Plamondon propose un toucher tout en douceur qui permet à la personne de vivre un sentiment de sortie de son corps et une détente naturelle qui favorisent une prise de distance par rapport à ce qu’elle vit (en particulier si la personne ressent de l’anxiété face à l’inconnu). La session commence par les pieds pour se terminer à la tête. Pour plusieurs cultures orientales, au moment de la mort, l’âme sortirait par la fontanelle, un espace membraneux mou à la naissance, qui s’ossifie au cours de la croissance et qui reprendrait toute son importance en fin de vie.

À la naissance, des mains chaleureuses nous accueillent dans ce monde. Ne pourrions-nous pas offrir nos mains bienveillantes pour ce passage vers l’autre monde? « Pour comprendre la vie, il faut apprivoiser la mort », témoigne Michaël Plamondon. « Je crois fortement que les derniers moments peuvent être aussi magnifiques que ceux de la naissance. Dans le principe du rituel, le massage et la musique installent un espace sacré qui permet à la personne de mourir en paix. » C’est la raison pour laquelle il continue d’offrir du bien-être au chevet des personnes en fin de vie, tant dans le secteur public que privé. Toute personne désirant offrir ce type de service à un proche peut communiquer avec Michaël Plamondon directement ou par l’entremise de POLYCONCERT qui chapeaute le duo musique-massage.

Michaël offre également une formation au sujet du Dernier massage à l’école de massothérapie Guijek, à Montréal : Guijek – Dernier massage en fin de vie

Issu du domaine des sciences politiques, Michaël Plamondon explore d’abord de multiples projets à saveur sociale. Ces riches expériences humaines l’amèneront ensuite à se questionner sur l’être humain dans toutes ses dimensions. Il étudie alors à l’école de massothérapie Guijek pour mieux comprendre les rapports de force qui existent à l’intérieur de nous, question de découvrir notre propre politique intérieure. Après 2 800 heures de cours et d’exploration de différentes techniques en massothérapie, il se passionne alors pour les approches énergétiques. Selon lui, ces approches qui relient corps-santé-esprit favorisent plus profondément le contact avec soi et permettent de se comprendre dans toutes ses facettes. Devenu fervent ambassadeur de la Polarité au Québec, il se tisse une place au sein du milieu hospitalier. En 2012, il commence à travailler à l’Hôtel-Dieu du CHUM pour les départements de la cardiologie et des soins palliatifs. Quelques années plus tard, il devient le professeur de cette technique à l’école Guijek, position qu’il occupe depuis. De plus, il a été superviseur de stage pour le cours d’onco-massothérapie en 2014-2015 et offre également plusieurs conférences. Grâce à ses expériences passées au chevet de gens en fin de vie et ses 12 ans de carrière, il développe ce qu’il appelle maintenant, le « dernier massage en fin de vie ».

Crédit photo : © Annabel Loyola | 2014 | Image tirée du film documentaire Le Dernier Souffle, Au coeur de l’Hôtel-Dieu de Montréal.

Vous aimerez aussi:

5 commentaires sur “Le dernier massage en fin de vie”

  1. Sylvie dit :

    Bravo Michael,
    Je suis masso depuis 25 ans et j ai du accompagné des proches en fin de vie et ces une super approche pour les soutenir dans leur derniers moments.
    Et je travaille aussi au moment de la naissance et il y a plusieurs lien entre les deux.

  2. Francine Paquette dit :

    Etant massotherapeute agréer de la fqm, ici a Val-d’Or il y avait un médecin qui était mon client et qui me référait des gens qui s’en allait avec le temps vers leurs fin de vie, ces avec une cliente que j’ai appris que ce médecin me référait et ce ces dans les années environ 2010 et je peux vous dire qu’effectivement les client(es) disaient que c’était un bien-être merveilleux , alors tout à fait d’accord pour ce virage piur les masso, Bravo et bonne contunuité dans votre travail qui peyx rendre une parcelle de Bonheur a ces gens en fin de vie!

  3. Lynda dit :

    Wow! Celà me fait vraiment vibrer

    En plein dans mes cordes

    Merci!????????????

  4. Sophie dit :

    Est ce que vous donnez cette formation à trois rivieres en 2019?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.