Actualités

Blessures physiques, douleurs chroniques et syndrome du stress post-traumatique sont le lot de bien des anciens combattants de retour à la maison. Parmi les formes de soutien qui s’offrent à eux, que peut faire la massothérapie ?

Au Québec, on compte 3 700 anciens combattants et 116 900 vétérans; au Canada, les statistiques s’élèvent respectivement à 48 300 et 601 000. Selon le Grand dictionnaire terminologique, un vétéran est une « personne qui a de longs états de service dans l’armée », tandis qu’un ancien combattant est un « ex-militaire qui a participé à des combats ou à des opérations militaires dans le contexte d’une guerre ou d’un conflit armé ». Dans les faits, dans le cadre des opérations militaires, l’un comme l’autre sont sujets à des maux aussi physiques qu’émotionnels. À cet effet, il existe maintenant au Canada un programme couvrant certains soins de santé complémentaire.

Les maux à combattre

Le syndrome de stress post-traumatique, les troubles dépressifs, l’anxiété et les douleurs lombaires chroniques figurent parmi les affections les plus fréquentes recensées par Anciens combattants Canada en 2017-2018.

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est un « trouble réactionnel qui peut apparaître à la suite d’un événement traumatique au cours duquel une personne est confrontée à la mort, à la peur de mourir ou lorsque son intégrité physique ou celle d’une autre personne a pu être menacée. Cet événement doit également provoquer une peur intense, un sentiment d’impuissance, ou un sentiment d’horreur. Le TSPT est classé parmi les troubles anxieux. » La personne atteinte peut connaître un épisode dépressif, des difficultés à trouver le sommeil, de la fibromyalgie ou des douleurs chroniques.

Les bienfaits de la massothérapie

Par définition, la massothérapie se veut un ensemble de techniques manuelles complémentaires basées sur une conception holiste de la personne et encadrées par des processus d’intervention éducatifs. Dans son ensemble, la discipline vise à évaluer les tissus mous (ex.: peau, muscles) et les articulations du corps (ex.: tendons, ligaments, capsules articulaires) dans le but de traiter et prévenir des blessures, de la douleur ou d’autres dysfonctions physiques pouvant survenir chez un individu.

Elle permet donc de soulager la douleur chronique en réduisant les douleurs articulaires et en atténuant les tensions et les douleurs musculaires. De plus, elle contribue à réduire le stress et l’agitation et favorise la relaxation ainsi que le sommeil.

Parmi les techniques appropriées, le massage suédois est un enchaînement de manœuvres appliquées sur la masse musculaire ou les articulations et sert à remettre en état des muscles fatigués, atones ou inhibés. On retrouve le massage californien, particulièrement réconfortant et rassurant pour les personnes ayant vécu un traumatisme. Également, le shiatsu peut soulager le stress, l’anxiété, l’insomnie, tout en permettant de dissoudre les tensions musculaires.

Pour trouver un.e massothérapeute agréé.e, consultez l’outil de recherche avancée de la FQM.

*La massothérapie se veut une approche complémentaire qui, lorsqu’elle est adaptée à l’état de santé d’une personne et pratiquée par un massothérapeute bien formé et compétent, peut aider à soulager les symptômes de plusieurs maladies, dont les maux qui affectent les anciens combattants. Elle s’inscrit donc dans une vision d’interdisciplinarité et devrait être prodiguée en complémentarité d’autres disciplines en santé (médecine, psychiatrie, physiothérapie, etc.).

Ce que dit la recherche

Dans une étude américaine1, les participants rapportent une réponse très positive aux massages thérapeutiques qui soulagent la douleur, augmentent la mobilité et la flexibilité, favorisent la relaxation et le sommeil tout en réduisant l’anxiété, le stress, la dépression et la fatigue.

Une autre étude2, menée auprès de 43 dyades de militaires américains de retour d’Irak ou d’Afghanistan, rapporte une réduction importante de la douleur, de la tension, de l’irritabilité, de l’anxiété et de la dépression après une intervention en massothérapie.

Indications et précautions

  • Certains massothérapeutes se spécialisent dans les soins auprès des anciens combattants : il s’agit le plus souvent de thérapeutes d’expérience.
  • L’écoute et la communication, avant, pendant et après le soin sont nécessaires non seulement pour établir une relation de confiance, mais également pour permettre à la personne d’exprimer toute rétroaction en temps réel.
  • Le calme et un rythme lent vont de pair avec la compassion requise.
 
Pour aller plus loin
1 Fletcher, Carol Elizabeth, Mitchinson, Allison R., Trumble, Erika L., Hinshaw, Daniel B. & Dusek, Jeffery A. (2016). Perceptions of other integrative health therapies by Veterans with pain who are receiving massage. Journal of Rehabilitation Research and Development, 53, 117-126. 10.1682/JRRD.2015.01.0015.
2 Collinge, William, Kahn, Janet & Soltysik, Robert. (2012). Promoting Reintegration of National Guard Veterans and Their Partners Using a Self-Directed Program of Integrative Therapies: A Pilot Study. Military Medicine, 177:12, 1477-1485.

Rédaction ❚ Catherine Houtekier, rédactrice et réviseure professionnelle