Une approche complémentaire à la médecine

Arthrose, polyarthrite rhumatoïde, goutte, fibromyalgie et spondylarthrite ankylosante sont des pathologies distinctes. Pourtant, elles ont toutes quelque chose en commun : il s’agit de différentes formes d’arthrite.

L’arthrite… en quelques mots

Le terme arthrite désigne plus d’une centaine de maladies différentes affectant les articulations et autres tissus du corps. Au Canada, on estime que 20 % de la population en serait atteint, soit environ une personne sur cinq, enfants et adultes compris.

L’arthrite se caractérise par des douleurs articulaires récurrentes ou chroniques qui affectent grandement la qualité de vie de ceux qui en souffrent. Bien que les symptômes puissent varier selon la maladie et la personne atteinte, on observe souvent, outre les douleurs articulaires, une perte de mobilité, de la fatigue, de même que de la raideur et de l’enflure aux articulations.

Dans bien des cas, l’arthrite apparaît à la suite d’un traumatisme, d’une infection ou en raison de l’usure naturelle des articulations. Une composante génétique est parfois présente. Certaines formes, par exemple la polyarthrite rhumatoïde, sont des maladies auto-immunes où le corps en vient à attaquer ses propres tissus.

Certains facteurs pourraient augmenter le risque de développer une forme d’arthrite, par exemple :

  • L’âge;
  • Le sexe féminin;
  • Le surpoids ou l’obésité;
  • Le tabagisme;
  • Une blessure articulaire;
  • La sédentarité;
  • Etc.

Les traitements de l’arthrite

À ce jour, il n’existe pas de traitement capable de guérir l’arthrite. Il est cependant possible d’en soulager les symptômes et de ralentir, dans certains cas, la progression de la maladie.

En raison des nombreuses formes possibles de la maladie et du fait qu’elle peut se manifester différemment d’une personne à l’autre, sa prise en charge doit être personnalisée. En outre, le recours à divers traitements (ex. : médication, intervention chirurgicale, physiothérapie, etc.) et approches complémentaires (ex. : massothérapie, acupuncture, naturopathie, etc.) est souvent nécessaire afin d’assurer une bonne gestion des symptômes.

Les bienfaits de la massothérapie dans la prise en charge de l’arthrite*

La massothérapie figure parmi les approches complémentaires les plus souvent utilisées par les personnes arthritiques. Voici quelques bienfaits potentiels du massage en présence d’arthrite :

  • Diminution de la douleur[1][2];
  • Augmentation de la mobilité[3];
  • Réduction de l’anxiété[4];
  • Meilleure gestion de la douleur[5];
  • Amélioration de la qualité de vie[5].

Bien que toutes les techniques et approches en massothérapie puissent être adaptées à l’état de santé des personnes arthritiques, celles qui utilisent des pressions plus légères et des manipulations plus douces sont à privilégier. On parle entre autres des manœuvres telles que les ponçages, les vibrations, les tractions légères et les élongations.

* La massothérapie se veut une approche complémentaire qui, lorsqu’elle est adaptée à l’état de santé d’une personne et pratiquée par un massothérapeute bien formé et compétent, peut aider à soulager les symptômes de plusieurs maladies, dont l’arthrite. Elle s’inscrit donc dans une vision d’interdisciplinarité et devrait être prodiguée en complémentarité des autres disciplines en santé (médecine, soins infirmiers, physiothérapie, chiropractie, etc.).

Ce que dit la recherche

Dans la prise en charge de l’arthrite, la massothérapie fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques. En voici quelques-unes dont les conclusions sont des plus intéressantes :

  • En 2006, des chercheurs américains ont voulu savoir si la massothérapie était efficace pour soulager les symptômes de l’arthrose[6]. Ils ont donc recruté 66 personnes ayant reçu un diagnostic d’arthrose du genou. La moitié des participants a reçu des massages suédois d’une heure, à raison de deux soins par semaine pendant quatre semaines, puis d’un soin par semaine pendant quatre semaines supplémentaires. L’autre moitié des participants ne recevait pas de massages. Après huit semaines, les groupes étaient interchangés. À la fin de l’étude, les chercheurs ont observé une réduction significative de la douleur et de la rigidité, de même qu’une amélioration de la fonction physique et de l’amplitude de mouvement chez les participants.
  • Quelques années plus tard, en 2015, Tiffany Field et son équipe ont évalué l’effet du massage chez 40 patients présentant des douleurs arthritiques au genou[3]. Les participants recevaient un massage de la jambe de 15 minutes par semaine pendant quatre semaines ou étaient placés sur une liste d’attente (groupe contrôle). Au terme de l’étude, les chercheurs ont observé une amélioration de l’amplitude de mouvement du genou et une diminution de la douleur associée.

Mieux vivre avec l’arthrite

Un mode de vie sain et équilibré peut aider à la gestion des symptômes de l’arthrite. Si vous souffrez d’une forme d’arthrite, voici quelques habitudes de vie à cultiver :

  • Soyez actif. L’activité physique, même si elle vous semble inconcevable en raison de la douleur, peut aider à améliorer les symptômes de l’arthrite. Mais allez-y graduellement! Au besoin, consultez un kinésiologue qui pourra vous aider à établir un plan d’entraînement adapté à votre condition.
  • Mangez sainement. Une bonne alimentation permet d’atteindre plus facilement un poids santé tout en vous donnant l’énergie dont vous avez besoin pour rester actif. Pour y arriver, mangez plus de fruits et de légumes, et moins de gras et de sucres.
  • Apprenez à gérer votre stress. Le stress peut avoir un impact considérable sur la gestion de la douleur. Pour vous aider, misez par exemple sur des exercices de respiration, sur la méditation ou encore sur la relaxation.

Pour aller plus loin 

[1] Field, T. (2014). Massage therapy research review. Complementary Therapies in Clinical Practice, 20(4):224-229.
[2] Perlman, A. et coll. (2012). Massage therapy for osteoarthritis of the knee: A randomized dose-finding trial. PLoS One, 7(2):e30248.
[3] Field, T. et coll. (2015). Knee arthritis pain is reduced and range pf motion is increased following moderate pressure massage therapy. Complementary Therapies in Clinical Practice, 21:233-237.
[4] American Massage Therapy Association. (2013). Position statement – Massage therapy for anxiety. Repéré à https://www.amtamassage.org/approved_position_statements/Massage-Therapy-for-Anxiety.html
[5] Crawford, C. et coll. (2016). The impact of massage therapy on function in pain population – A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials: Part I, patients experiencing pain in the general population. Pain medicine, 17(7):1353-1375.
[6] Perlman A. I. et coll. (2006). Massage therapy for osteoarthritis of the knee – A randomized controlled trial. Archives of Internal Medicine, 166(22):2533-8