Actualités

Beaucoup de discussions ont lieu dans les médias ces jours-ci sur la reprise du travail dans les différents secteurs de l’économie. Ce débat a aussi lieu en massothérapie. Par exemple, une entrevue avec la massothérapeute Marie-Claude Paradis a été diffusée le jeudi 16 avril sur les ondes de TVA. La massothérapeute, non membre de la FQM, revendique la permission de pratiquer la massothérapie et d’autres soins complémentaires en respectant l’application d’un code d’hygiène renforcé. Madame Paradis désire aussi faire pression sur le gouvernement afin que la massothérapie soit reconnue comme un service essentiel. 

 

Dans ce communiqué, la FQM souhaite prendre un peu de recul et partager une réflexion sur la situation globale. 

 

D’abord, nous devons tous faire notre part dans l’effort national de protection du public contre la COVID-19. Il est impératif de respecter les directives de la santé publique afin d’aplanir la courbe. Seuls les experts en santé publique sont en mesure d’évaluer la dangerosité de la situation et d’autoriser à nouveau la pratique de la massothérapie. La contribution que peut avoir la FQM pour la reprise du travail est d’élaborer des mesures d’hygiène et de prévention des infections, lesquelles devront être standardisées et uniformes pour tous les massothérapeutes. Ces mesures contribueront également à sécuriser le public et à rebâtir sa confiance.  

 

Ensuite, force est de constater que la massothérapie n’est pas considérée comme un soin de santé par le gouvernement, mais plutôt comme un soin personnel, selon le Comité sectoriel de la main-d’oeuvre des soins personnels.  

 

La FQM est d’avis que pour permettre la reconnaissance de la massothérapie comme un soin de santé, il faut d’abord et avant tout que sa pratique soit encadrée par l’Office des professions du Québec. Sachant que plus de 80 % des massothérapeutes sont consultés pour des problèmes de santé physique (Soins personnels Québec, 2016) et que les comorbidités augmentent le risque de complications liées à la COVID-19, l’enjeu de la protection du public doit plus que jamais être pris en considération.

 

La FQM travaille depuis plus de 40 ans à la professionnalisation de la massothérapie au Québec afin d’assurer la protection du public. Cette bataille est d’ailleurs au coeur de sa mission. La création d’un ordre professionnel des massothérapeutes favoriserait non seulement l’intégration de massothérapeutes dûment formés et encadrés au continuum de soins de santé au Québec, mais aussi la reconnaissance de la massothérapie en tant que profession relevant du secteur de la santé au Québec, comme c’est le cas dans les autres provinces où la massothérapie est réglementée. 

 

Dans le contexte actuel de la COVID-19, la situation des massothérapeutes, toutes associations confondues, est encore plus précaire qu’elle ne l’était. Considérant qu’un retour à la normale pourrait prendre des mois, il est essentiel de mettre en place, dès maintenant, des moyens qui vous permettront, le moment venu, de reprendre graduellement la pratique de la massothérapie, et ce, dans le respect des consignes de la santé publique. Ces moyens, qui incluent notamment des mesures d’hygiène et de prévention des infections, devront être standardisés et uniformes afin de limiter la propagation de la COVID-19 et ainsi assurer non seulement la protection du public, mais aussi celle des massothérapeutes. La FQM travaille d’ailleurs ardemment à mettre en oeuvre de telles mesures dans le milieu de la massothérapie. 

 

Malgré le fait que les bienfaits de la massothérapie sur la santé sont démontrés depuis longtemps, la FQM est plus que jamais convaincue de la nécessité de poursuivre ses démarches auprès des instances gouvernementales afin que la massothérapie soit reconnue comme une profession de la santé en bonne et due forme. De cette manière seulement, les professionnels de la santé pourront diriger leurs clients vers les massothérapeutes puisqu’ils auront l’assurance qu’ils recevront des soins de qualité et sécuritaires, prodigués par des professionnels compétents

***

Pour plus d’informations, visitez notre page de mises à jour sur la COVID-19 pour les massothérapeutes. 

Vous aimerez aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.