Dossiers

Nous avons tous, un jour ou l’autre, souffert d’une douleur à l’épaule. Que ce soit en raison d’un mouvement répété trop souvent, d’un accident ou d’un déplacement inadéquat, l’articulation est à l’origine de nombreuses blessures qui touchent notamment la coiffe des rotateurs.

L’épaule est l’articulation la plus mobile du corps humain. Grâce aux os, aux muscles et aux tendons qui la composent, nous pouvons tirer, pousser et soulever des objets, mais aussi toucher, caresser et réconforter.

L’épaule est constituée de trois os, l’humérus, la scapula et la clavicule, et d’une multitude de muscles et de tendons dont le rôle est d’assurer la mobilité et la stabilité de l’articulation. La coiffe des rotateurs est l’une des structures qui remplit ces rôles dans l’épaule.

 

ANATOMIE DE LA COIFFE DES ROTATEURS

La coiffe des rotateurs est un groupe de quatre muscles (supra épineux, infra épineux, subscapulaire et petit rond) fixés d’un côté à la scapula et de l’autre, à l’humérus à l’aide de tendons. Ensemble, ces muscles établissent des vecteurs de force autour de l’articulation de l’épaule, ce qui empêche la tête sphérique de l’humérus de sortir de la cavité glénoïdale de la scapula lors des mouvements (voir l’image ci-haut).

En raison de sa grande mobilité, l’épaule est le siège de nombreuses blessures. Dans le cadre de ce dossier, nous traiterons de la tendinite et de la déchirure affectant la coiffe des rotateurs.

LA TENDINITE

La tendinite qui affecte la coiffe des rotateurs est causée par une sollicitation excessive et/ou répétée de l’épaule. Les personnes qui sont appelées à reproduire les mêmes mouvements de l’épaule, par exemple les athlètes, les joueurs de tennis ou les peintres, sont plus à risque de présenter ce type de blessure.

Un traumatisme physique, qui découlerait par exemple d’un accident, peut aussi provoquer l’apparition d’une tendinite de la coiffe des rotateurs.

L’inflammation et la douleur lors de mouvements spécifiques de l’épaule sont les principaux symptômes associés à la tendinite. Le site de la douleur variera selon le tendon de la coiffe qui est blessé, tout comme l’amplitude de certains mouvements. Le diagnostic est établi par un médecin ou un physiothérapeute, qui procéderont, entre autres, à l’évaluation des symptômes et des mouvements de l’articulation.

Les personnes affectées par une tendinite de la coiffe des rotateurs auront tendance à compenser la perte de mouvement ou la douleur en sollicitant les muscles avoisinants, notamment ceux du dos ou du cou. Il n’est donc pas rare d’observer des problèmes cervicaux et lombaires en présence d’une tendinite de la coiffe des rotateurs. On pourrait également noter au niveau de l’épaule une dégénérescence des tendons dans le temps. On parlera alors de tendinose. De manière plus générale, on regroupe la tendinite et la tendinose sous le terme tendinopathie.

LA DÉCHIRURE D’UN TENDON

La déchirure d’un tendon peut être partielle ou complète. Dans la coiffe des rotateurs, elle affecte le plus souvent le supra épineux, bien que tous les tendons de la coiffe puissent en être le siège.

En présence d’une déchirure d’un tendon de la coiffe des rotateurs, on observera généralement une perte de force musculaire dans l’épaule, notamment lors des mouvements en élévation ou en rotation externe. Une douleur à l’effort ou pendant la nuit pourrait également survenir, quoique des cas non douloureux soient aussi possibles. Dans les cas chroniques, on pourrait constater une atrophie musculaire, laquelle sera visualisée par un creux au niveau de l’omoplate du côté blessé par rapport au côté sain.

LORSQU’UN SOIN S’IMPOSE

Que ce soit en présence d’une tendinite ou d’une déchirure, les blessures de la coiffe des rotateurs sont généralement très douloureuses en raison de l’inflammation qui s’installe dans l’articulation et aux alentours. En phase aiguë, le soin consistera essentiellement à soulager la douleur et à diminuer l’inflammation. Pour ce faire, la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), prescrits par un médecin, sera très efficace. Des infiltrations de cortisone pourraient aussi être envisagées dans les cas plus sévères. Le recours à diverses thérapies manuelles comme la massothérapie, la physiothérapie et l’ostéopathie s’avéreront également bénéfiques. En phase aiguë, elles aideront à soulager la douleur et à réduire l’inflammation dans l’articulation blessée, et relaxeront les zones de compensation afin d’éviter que de nouvelles blessures ne surgissent. Avec le temps, les thérapies manuelles contribueront à la réhabilitation de l’épaule en travaillant par exemple la force musculaire et l’amplitude de mouvement.

Peu importe la nature de la pathologie de la coiffe des rotateurs, une prise en charge faisant intervenir différentes approches sera à privilégier pour rétablir rapidement et efficacement l’articulation, et ainsi optimiser la guérison du client.

Rédaction ❚ KATIA VERMETTE, réd. a.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.