La massothérapie et l’arthrite

reçu Dossiers, Recherche scientifique

Ce que dit la recherche

 

Chez la personne souffrant d’arthrite, la massothérapie réduit les tensions musculaires et amène un mieux-être global. Qu’en dit la recherche ?

Baisse de l’anxiété chez les jeunes souffrant d’arthrite juvénile

Déjà dans les années 1990, on rapportait les effets bénéfiques de la massothérapie chez l’enfant souffrant d’arthrite. En 1997, des chercheurs ont évalué l’impact d’un massage de 15 minutes chez 20 enfants arthritiques.(1) Les massages ont été prodigués chaque jour avant le coucher par les parents, et ce, pendant 30 jours.

À la fin de l’étude, le niveau d’anxiété de l’enfant, mais aussi celui du parent, avait diminué, tout comme la concentration de cortisol, l’hormone du stress, dans la salive des enfants. Les enfants, les parents et les médecins ont également rapporté une réduction de la douleur ressentie à la fin de l’étude.

Réduire la douleur liée à l’arthrose du genou

Dans une revue de recherches sur la massothérapie, la chercheuse Tiffany Field, du Touch Research Institute de Miami a présenté trois études randomisées et contrôlées démontrant l’efficacité du massage chez les personnes souffrant d’arthrose du genou.(2) D’après les résultats de ces études, publiées en 2014 et en 2015, la massothérapie permettait de réduire la douleur et la rigidité dans le genou atteint d’arthrose.

La massothérapie bénéfique en présence d’arthrite

Une revue systématique publiée en 2014 a réuni les conclusions de nombreuses études quant à l’efficacité de la massothérapie chez la personne arthritique.(3) Des chercheurs ont par exemple observé que le soulagement de la douleur arthritique apporté par l’application d’analgésiques topiques était bonifié par la massothérapie. Une étude a également montré qu’une pression modérée était plus efficace qu’une pression légère pour réduire la douleur.

Même si les résultats présentés ici sont intéressants, il faut se rappeler qu’ils ont été obtenus dans des conditions contrôlées qui sont bien différentes de celles retrouvées en pratique. D’autres recherches seront donc nécessaires pour confirmer les conclusions de ces études et les extrapoler dans le contexte actuel de la massothérapie.

RÉFÉRENCES
1 Field, T. et coll. (1997). Juvenile rheumatoid arthritis: Benefits from massage therapy. Journal of Pediatric Psychology, 22(5):607-617. DOI 10.1093/jpepsy/22.5.607 
2 Field, T. (2016). Massage therapy research review. Complementary Therapies in Clinical Practice, 24:19-31. DOI 10.1016/j.ctcp.2016.04.005 
3 Field, T. (2014). Massage Therapy research review. Complementary Therapies in Clinical Practice, 20(4):224-229. DOI 10.1016/j.ctcp.2014.07.002

 

Rédaction ❚ KATIA VERMETTE, rédactrice agréée

katiavermette@hotmail.com