Un plus dans la prise en charge de la maladie

L’asthme est la pathologie respiratoire la plus fréquente au pays, touchant quelque 2,5 millions de personnes d’un océan à l’autre. Le traitement comprend généralement une médication et une modification des habitudes de vie. La massothérapie peut-elle contribuer à un meilleur contrôle de la maladie?

L’asthme est une maladie respiratoire chronique qui se développe la plupart du temps pendant l’enfance. Elle se caractérise par une inflammation et une contraction des bronches, et par la production de mucus qui, ensemble, rendent la respiration difficile. La personne peut alors être essoufflée, tousser, ou encore ressentir un serrement dans la poitrine.

Chez l’individu asthmatique, les voies respiratoires sont plus sensibles aux substances et aux éléments présents dans l’air. On parle par exemple du pollen, de la poussière et de la fumée de cigarette. Ces facteurs déclencheurs irritent les bronches et ont le potentiel de provoquer une crise d’asthme. Ils doivent être évités dans la mesure du possible.

Pour connaître les facteurs déclencheurs de l’asthme, cliquez ici

La prise en charge de l’asthme

L’asthme ne se guérit pas. Il est cependant possible d’en contrôler efficacement les symptômes afin de permettre à la personne qui en souffre de mener une vie normale. Pour ce faire, la médication est le traitement de choix.

La prise en charge de l’asthme passe également par la compréhension de la maladie, de ses manifestations et de ses facteurs déclencheurs. En outre, une modification des habitudes de vie aidera à mieux en contrôler les symptômes (ex. : cesser de fumer, utiliser des oreillers lavables et hypoallergènes, passer régulièrement l’aspirateur, etc.).

Mais saviez-vous que le massage pouvait être bénéfique pour la personne asthmatique?

La massothérapie et l’asthme

La massothérapie est l’avenue par excellence pour calmer, apaiser et relaxer les muscles tendus. L’une des composantes de l’asthme étant la contraction des bronches, le massage se veut donc une approche complémentaire à envisager dans la prise en charge de la maladie*.

En relâchant les tensions musculaires au niveau de la cage thoracique (diaphragme, muscles intercostaux, etc.), le massothérapeute peut contribuer à l’amélioration de la fonction respiratoire chez la personne asthmatique. Des études ont même conclu à l’efficacité du massage pour diminuer l’anxiété associée à la maladie.

* La massothérapie se veut une approche complémentaire qui, lorsqu’elle est adaptée à l’état de santé d’une personne et pratiquée par un massothérapeute bien formé et compétent, peut contribuer à la prise en charge de plusieurs maladies, dont l’asthme. La massothérapie ne remplace pas un traitement médical, mais s’inscrit dans une vision d’interdisciplinarité et devrait être prodiguée en complémentarité d’autres disciplines en santé (médecine, soins infirmiers, physiothérapie, chiropractie, etc.).

Ce que dit la recherche

En 1998, une équipe de chercheurs a évalué l’efficacité de la massothérapie chez 32 jeunes asthmatiques âgés de 4 à 14 ans[1]. Dans le cadre de l’étude, les enfants étaient assignés au hasard au groupe traitement, dans lequel les parents prodiguaient à leur enfant un massage de 20 minutes chaque soir, ou encore au groupe contrôle, où l’enfant était invité par ses parents à relaxer ses muscles pendant 20 minutes avant d’aller au lit.

Après 30 jours, les chercheurs ont observé une baisse significative de l’anxiété et du taux de cortisol, mais aussi une amélioration marquée de la capacité vitale forcée (un paramètre de la fonction pulmonaire) chez les enfants ayant reçu les massages. En outre, l’attitude des jeunes et des parents vis-à-vis l’asthme s’avérait plus positive à la fin de l’étude.

Des résultats similaires ont été publiés plus récemment par des chercheurs indiens. Dans l’étude évaluant l’efficacité du massage chez les enfants asthmatiques de 8 à 12 ans, les auteurs ont conclu à l’impact positif de la massothérapie sur la fonction pulmonaire et l’anxiété[2]. Évidemment, des études plus poussées sont nécessaires pour confirmer ces données chez les enfants, et pour les extrapoler aux adultes souffrant d’asthme.

Note : Dans le cadre de ces études, la massothérapie ne remplaçait pas la médication prescrite pour contrôler l’asthme, mais s’ajoutait au traitement de l’enfant.

 Pour vous aider à contrôler vos symptômes d’asthme

  • Impliquez-vous activement dans votre traitement. Il s’agit là de la meilleure manière de contrôler l’asthme. Par exemple, obtenez un diagnostic auprès d’un médecin, informez-vous sur la maladie et apprenez à reconnaître ses symptômes et les facteurs déclenchant chez vous une crise.
  • Prenez vos médicaments pour l’asthme tous les jours. Souvent administrés sous forme d’inhalateurs, les médicaments pour l’asthme ont pour but de relâcher les fibres musculaires et diminuer l’inflammation dans les bronches. On distingue la médication d’entretien, qui doit être prise chaque jour afin d’assurer le contrôle de l’asthme et la prévention des crises, et la médication de secours, prise au besoin, qui permettra de soulager les symptômes en cas de crise. Si vous avez des questions sur la médication pour l’asthme, consultez votre pharmacien.
  • Rédigez un plan d’action pour l’asthme. Rempli de concert avec votre médecin, cet outil facilite les communications entre les différents professionnels de la santé impliqués dans la gestion de votre asthme, tout en facilitant l’autogestion de la maladie.

 Pour aller plus loin 

[1] Field, T. et coll. (1998). Children with asthma have improved pulmonary functions after massage therapy. The Journal of Pediatrics, 132(5):854-858.
[2] Shanmugam, V. et Ramachandra, K. (2016). A complementary therapy to improve the ling function and reduce anxiety in asthmatic children. Paediatrics and Primary Care Physicians (PPCP), 1(1):3-5.