Planifier sa retraite en tant que massothérapeute autonome : un pensez-y-bien !

Un calepin de note, un café et un ordinateur en vue de la planification de sa retraite. Parcours professionnel, Marketing

Au Québec, bon an mal an, saviez-vous qu’on retrouve environ 15% de la population active qui endosse le statut de travailleurs autonomes ? [1] Avec la progression fulgurante du télétravail, ce nombre pourrait augmenter significativement au cours des prochaines années. En tant que massothérapeute autonome, vous êtes bien au fait des avantages que procure le travail « indépendant » : liberté d’action, horaires flexibles, etc. Cependant, l’autonomie professionnelle exige une discipline de tous les instants, particulièrement en ce qui a trait à la gestion de votre épargne. Aux yeux des différents paliers de gouvernement, vous êtes considérés à la fois comme employé et employeur. Ce qui signifie que vous ne pouvez compter que sur vous-mêmes pour garnir votre bas de laine en vue de votre retraite.

Dans cet article, nous vous présentons les principes de base à intégrer afin de planifier votre retraite de manière méthodique, mais aussi en toute quiétude.

L’importance de planifier sa retraite le plus tôt possible

 L’un des grands fondements sur lesquels s’appuie la gestion de l’épargne est que le temps joue toujours en votre faveur. Plus vous commencez à épargner tôt dans votre vie professionnelle, plus le capital investi pour votre retraite a du temps pour fructifier. Pour un Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) ou pour un Compte d’épargne libre d’impôt (CELI), l’impact de l’intérêt composé sur l’argent injecté dans ces régimes peut être assez impressionnant ! De plus, les fluctuations de revenus, coutumières au statut de massothérapeute autonome, peuvent avoir d’importantes répercussions sur votre revenu disponible à la retraite.

Pour bien la planifier, vous devez en premier lieu connaître quelles seront les sources de revenus disponibles au crépuscule de votre vie professionnelle. L’assise de ces avoirs sera bien sûr assurée par nos gouvernements, mais vous devrez accumuler de l’épargne personnelle afin de bonifier ces rentes gouvernementales, mais aussi pour vous mettre à l’abri, financièrement parlant, en cas de maladie.

Par ailleurs, peu de travailleurs ont droit à la rente maximale distribuée par nos gouvernements. En 2019, seulement 2,9% des nouveaux retraités ont reçu la rente maximale, qu’il s’agisse de la rente anticipée demandée entre 60 et 64 ans ou de la rente régulière réclamée à 65 ans. [2] Donc, pour cette raison, vous devez voir l’épargne comme une priorité afin de vous assurer un revenu à la hauteur de vos objectifs lors de votre retraite.

L’âge de votre retraite influence grandement votre stratégie d’épargne

Si vous prévoyez prendre votre retraite entre 55 ans et 65 ans, sachez qu’il y aura peut-être d’importants contrecoups sur votre planification financière. Avant l’âge de 60 ans, vous n’aurez accès à aucun programme public de rentes. Pendant quelques années, vous devrez alors compter sur votre épargne personnelle pour subvenir à vos besoins. Est-ce que ce sera suffisant ?

À 60 ans, vous devenez admissible à la rente de retraite du Régime des rentes du Québec (RRQ). Par contre, si vous la réclamez à cet âge, sachez que votre rente sera réduite comparativement à celle que vous auriez touché à 65 ans. Pour un massothérapeute autonome, il est probablement plus avantageux d’attendre 65 ans avant de réclamer les rentes gouvernementales, car vous pourrez alors recevoir la pension de la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti (SRG), si vous y êtes admissible, en plus de la rente de la RRQ.

Prenez en considération les imprévus de l’existence

 L’âge de votre retraite est officiellement fixé ? Bien. Toutefois, les imprévus de l’existence pourraient vous amener à la remettre en question. Voici trois réalités qui pourraient modifier votre plan de retraite :

  • Votre état de santé

Votre état de santé peut, en effet, vous jouer de vilains tours en vous obligeant à prendre une retraite progressive ou anticipée. L’annonce d’une grave affection ou d’une invalidité pourrait vous contraindre à mettre un terme à votre vie professionnelle plus tôt que prévu.

  • Votre situation familiale

Si vous avez 35 ans et que vous avez des enfants à charge, n’oubliez pas qu’ils n’auront que 20 ans lorsque vous atteindrez l’âge de 55 ans. Ils habiteront peut-être encore avec vous. Votre départ vers la retraite pourrait alors être chamboulé. À l’inverse, si vos parents sont âgés et que leur état de santé se détériore, vous pourriez mettre un terme à votre pratique afin de prendre soin d’eux. 

  • Votre situation professionnelle

Dans un marché du travail en constants changements, il est bien difficile de prévoir ce qu’il adviendra de votre situation professionnelle. Vous devrez évaluer avec lucidité le moment où vous devrez cesser vos activités. Par exemple, souhaitez-vous céder votre clientèle à un autre massothérapeute autonome ? Et si un jour, vous aviez envie de vous orienter vers une nouvelle profession, que feriez-vous ? En auriez-vous les moyens financiers ? Toutes ces possibilités doivent être sérieusement envisagées.

Bien choisir son conseiller en sécurité financière, c’est capital !

 Maintenant que vous avez bien réfléchi à la planification de votre retraite, il ne vous reste qu’une seule chose à faire : passer à l’action ! Pour effectuer vos placements en toute confiance, nous vous conseillons de choisir un conseiller en sécurité financière détenant un permis d’exercice octroyé par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Pour être homologué par l’AMF, ce conseiller a dû réaliser certaines études et obtenir différentes certifications reconnues par l’organisme. Demandez-lui ses attestations lors de la première rencontre. Si lors de cet entretien, il semble beaucoup trop optimiste quant à votre avenir financier, à l’évidence, c’est que c’est peut-être trop beau pour être vrai !

Et n’oubliez pas, si vous planifiez tôt votre stratégie financière en vue de votre retraite, c’est votre paix d’esprit qui s’en trouvera enrichie… et possiblement votre portefeuille !

Références : 

Tableau 14-10-0027-01  Emploi selon la catégorie de travailleur, données annuelles (x 1 000) [1]

https://lautorite.qc.ca/fileadmin/lautorite/grand_public/publications/consommateurs/retraite/guide-question-retraite-fr.pdf [2]

Références à consulter :

https://www.fondsftq.com/fr-ca/particuliers/epargne-positive/travailleur-autonome-retraite

https://cba.ca/pensions-and-rrsps?l=fr

Rédaction : Stéphane Deslauriers