Le Massager

Vol 34, no. 4

Date de parution : 16-02-2018

Auteurs : Katia Vermette, Karina Brousseau, Martine Boudot

Présentation du dossier

Subir une intervention chirurgicale n’est pas chose banale. En fait, l’opération constitue un choc pour le corps et l’esprit, dont les répercussions s’observent autant pendant l’attente de l’intervention que lors de la récupération qui s’ensuit. Dans ce contexte, la massothérapie offre un réconfort adapté à l’individu.

En 2005, quelque 1,6 million de Canadiens ont subi une opération non urgente[1]. Selon Statistique Canada, 13 % d’entre eux ont identifié des lacunes en matière d’accessibilité aux soins, notamment en ce qui concerne le temps d’attente et la difficulté à obtenir un rendez-vous avec un spécialiste.

Dans l’attente d’une intervention chirurgicale, plusieurs vivent avec de la douleur, mais aussi une certaine appréhension amenant stress et anxiété. Après l’opération, le corps doit récupérer et la plaie cicatriser. La guérison s’échelonne parfois sur des semaines, voire des mois.

En outre, chaque individu est différent. Les soins offerts se doivent donc d’être adaptés aux besoins et à l’état de santé de la personne. Dans cette optique, plus il y aura d’intervenants qui graviteront autour du patient, plus les soins s’en trouveront optimisés.

Cela dit, le massothérapeute se veut un intervenant des plus intéressants à intégrer à l’offre de soins pré et postopératoires. Sa force : son approche holiste et sa capacité à cibler les bons gestes de massage afin de proposer un soin adapté.

Dans cette édition du Massager, nous explorerons les bienfaits du massage avant et après une opération. Avec l’aide de massothérapeutes experts et de professionnels spécialisés, mais aussi au travers de témoignages de personnes ayant subi une opération, nous mettrons en lumière l’apport de la massothérapie dans un contexte de soins pré et postopératoires.

[1] Statistique Canada. (2005). Accès aux services de soins de santé au Canada — Les temps d’attente de services spécialisés (janvier à décembre 2005). Repéré à http://www.statcan.gc.ca/pub/82-575-x/82-575-x2006002-fra.htm